Comment booster sa mémoire et sa concentration avec la naturopathie ?

1/5 - (1 vote)

Les problèmes que l’on rencontre avec la mémoire passent aussi par l’alimentation, afin d’éclaircir cette partie qui peut être floue pour bon nombre d’entre nous, j’ai invité une experte afin qu’elle nous apporte son aide par le biais de conseils. Tiphaine, naturopathe ( Heilpraktiker : naturopathie allemande) dont le cabinet se trouve à Toulon. 35 ans, ancienne cheffe et propriétaire d’un restaurant sans gluten, cette dernière a, dorénavant, décidé d’accompagner les femmes dans leur démarche de santé naturelle. Spécialisée dans la naturopathie allemande. Tiphaine recherche la cause de la cause de la cause comme disait Hippocrate, chercher à la racine, à l’origine afin de mieux comprendre le fonctionnement humain. Elle définit son travail comme un travail de recherche de fond et privilégie l’allopathie. Son Instagram pour plus d’informations intéressantes : @tiphaine.naturopathe.

Nous allons voir ensemble comment booster votre mémorisation et votre concentration, éléments essentiels de l’apprentissage.

Tous le même cerveau, pas les mêmes capacités 

Nous n’avons pas tous le même matériel génétique : certains ont des capacités cognitives élevées, d’autres ont le sentiment de forcer en permanence pour faire jaillir de leur mémoire leurs derniers souvenirs.
L’injustice se fait sentir mais n’oublions pas l’inné et l’acquis. L’inné serait les capacités initiales génétiques fortes qui se font très rares comme c’est le cas dans une mémoire eidétique (mémoire photographique absolue à enregistrer une quantité importe d’images, de sons, d’objets dans les moindres détails). L’acquis serait tout ce qui a été entrepris pour acquérir une meilleure plasticité cérébrale, et cela peut tout à fait commencer à l’âge adulte. La plasticité cérébrale est la capacité du système nerveux à changer sa structure, sa cognition, son réseau, à créer de nouvelles connexions entre les neurones. 

Nous utilisons le circuit de la mémoire ou circuit de Papez, processus complexe qui encode en permanence et s’en trouve amélioré en associant des couleurs, des nuances, des émotions, des interprétations… d’où l’importance du mind-mapping. 1,5 kg de cerveau pour 5 sens dans différentes aires et mémoires, avec un système limbique qui intervient dans la mémoire à long terme, notamment grâce à l’hippocampe. 

Dans les différents lobes de notre cerveau, des aires sont spécifiques aux différents sens. Plus nous ajoutons de sensoriel aux informations, plus la mémoire est enrichie, plus nous créons de plasticité cérébrale, et plus les connexions se font rapidement entre les différentes aires. 

La mémoire et la concentration ont donc besoin d’être musclées. Encore faut-il savoir comment bien le faire ? Mohamed forme merveilleusement à cela. Les techniques sont nombreuses et les résultats se font sentir rapidement. Pour améliorer vos capacités cognitives, il faudra néanmoins connaître quelques bases et conseils naturopathiques. Les voici ! 

L’hygiène de vie, le noyau d’une vie saine

Il est évident qu’avoir une bonne hygiène de vie est primordial. Nous avons pour habitude de dissocier nos actions de notre organisme. Pourtant, l’impact est immédiat. Vous êtes ce que vous mangez. Vous faites ce que vous respirez. Vous payez les pots cassés de vos habitudes inadaptées à votre organisme. Vous êtes ici pour booster votre mémoire et votre concentration ? 

Commencez par évincer l’alimentation industrielle de votre quotidien, supprimez tant bien que mal le sucre sous toutes ses formes, réduisez les quantités de gluten et laitages animaux. Le gluten chez 70% de nous viendra attaquer les jonctions serrées de notre muqueuse intestinale – siège de notre immunité, de l’absorption des nutriments, minéraux et oligo-éléments mais aussi lieu de développement inflammatoire. Les laitages (de vache particulièrement) provoquent une inflammation pour 80% des adultes naturellement déficients en lactase (enzyme qui digère le lactose). Sans oublier la caséine qui est très peu tolérée.

Continuez en vous hydratant avec 2L d’eau faiblement minéralisée par jour et en prenant soin de ne pas boire pendant les repas. En effet, l’acidité de l’estomac proche de ph2 a besoin de cette acidité pour disséquer certains aliments. En ajoutant à ce chyme alimentaire une eau à pH7, nous alcalinisons le milieu. La digestion devient plus lente, plus difficile. 

Mâchez longuement!Afin de faciliter le travail de l’estomac et donc du reste des organes suivants,il  est nécessaire d’avaler de la bouillie, pas des morceaux entiers difficiles à dégrader.

Faites votre activité physique quotidienne, adaptée à votre rythme. Notre organisme a besoin de s’oxygéner, de transpirer pour évacuer les toxines par la peau, de se détendre en oubliant un instant les  charges et pressions que la vie moderne offre. 


Augmentez vos apports en fibres vous permettra d’accélérer votre transit et de nourrir vos 2kg de bactéries présentes dans vos intestins ! Ces bactéries se nourrissent de ce que nous leur donnons mais attention, par effet symbiotique, elles nous dominent ! Ce sont elles qui ordonnent à votre cerveau l’heure de manger et la satiété. Elles se nourrissent en premier, bien avant nous. Un microbiote appauvri ne permettra pas au cerveau de se concentrer très longtemps. Nous en parlons de façon plus détaillée un peu plus loin.


Bien respirer ! Les toxines et autres déchets sont évacués par les différents émonctoires de l’organisme (primaires : intestins, peau, poumons, reins, foie + secondaires : ongles, cheveux, utérus…). Les poumons font un travail fabuleux d’élimination et d’oxygénation. Pour cela, il est important de bien respirer à l’extérieur comme à l’intérieur, le jour comme la nuit. 

Le microbiote :

Nerf vague, axe intestin-cerveau et microbiote sont des acteurs clé dans la santé de notre mémoire. En effet, ce nerf qui relie toutes les viscères au système nerveux central, permet une communication bidirectionnelle qui implique les intestins et le cerveau mais aussi tous les organes et le système immunitaire.

Sans vous faire peur, il faut savoir qu’une porosité intestinale enclenche également une porosité de la barrière hémato-encéphalique, le bon comme le mauvais passe alors dans le cerveau. C’est pour cette raison que si vous souhaitez booster vos capacités cognitives, votre santé intestinale doit être optimale. Ne pensez pas que cette perméabilité intestinale se fait rare… Un nombre conséquent de maladies qu’elles soient inflammatoires, dégénératives, auto-immunes ou chroniques prennent source dans les intestins et ce, à n’importe quel âge ! Prendre soin de soi et de sa santé commence dès le plus jeune âge en adoptant les bons réflexes et des habitudes saines, logiques pour laisser l’organisme faire son travail. Il est essentiel d’entendre qu’une alimentation industrielle, carencée, sucrée, trop grasse amènera vers des pathologies diverses car elle empêche à votre corps de mettre en route ses fonctions naturelles.

L’hippocampe :

Siège de la mémoire et des émotions, l’hippocampe a besoin de zinc ! Il pourrait agir comme neurotransmetteur et neuromodulateur des récepteurs glutamatergiques. (le glutamate est un acide aminé et le messager chimique entre les cellules nerveuses du cerveau le plus excitateur du système nerveux central). Toutefois, de par son action antagoniste avec le fer, il faut faire attention à ne pas le consommer aux mêmes heures. En bref, le fer, le zinc et le cuivre ont les mêmes transporteurs. Se supplémenter en zinc à l’excès et/ou avoir une anémie ferriprive et consommer du zinc, fait baisser le taux de fer, donc aggrave l’anémie. Enfin, la mémoire n’appartient pas à un seul et même lieu, mais à une connexion entre toutes les aires de notre cerveau. C’est cette plasticité cérébrale qui augmente les capacités cognitives !

La phytothérapie, le traitement médicinal par excellence

Ginkgo Biloba : à la fois efficient sur la circulation sanguine et les fonctions cognitives, les principes actifs du Ginkgo Biloba améliorent mémoire et concentration.


Bacopa Monnieri ou Brahmi : connu en Inde pour stimuler la mémoire, l’apprentissage et la concentration, cette plante est utilisée depuis plus de 3000 ans en médecine ayurvédique. Elle favoriserait la résistance du corps face au stress. 

Sauge :excellent anti-infectieux, la sauge est aussi réputée pour ses bénéfices sur la mémoire.Comme l’adage le précise : « Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin. ». 

Ginseng : bien connu pour améliorer les fonctions cognitives, le ginseng se révèle être – pour beaucoup de personnes – trop « yang », trop « chaud » pour le système nerveux. Pour les personnes qui cogitent beaucoup ou qui auraient tendance à être anxieuses, il y a le ginseng indien appelé « Ashwagandha » qui est bien plus recommandé. Plus doux, véritable anti-stress naturel, conseillé en cas d’épuisement nerveux, il préserve la fonction mentale ainsi que le sommeil et la vitalité. 

En infusion, en décoction ou en gélules, veuillez consulter un professionnel de santé avant tout ingestion pour connaître les interactions, les posologies ou toute autre recommandation. 

La gemmothérapie, la médecine végétale 


Bourgeon de figuier : régulateur du système nerveux, ce bourgeon agit tant bien sur la sphère psychique que digestive. C’est un allié dans les troubles de la mémoire et de la concentration ! Memogem d’Herbalgem : il est composé de bourgeons d’aulne, de jeunes pousses d’olivier et de romarin. Légèrement fluidifiant sanguin, il est nécessaire de consulter un professionnel de santé avant de l’utiliser. Cette synergie est parfaite pour stimuler la mémoire et la concentration, préserver le tonus intellectuel et augmenter la résistance à la fatigue. Encore faut-il avoir arrêté le café…

Ginkgo Biloba : excellent pour faire circuler et faciliter l’oxygénation du cerveau, ce bourgeon est utilisé dans les troubles de la mémoire.

La gemmothérapie est généralement proposée avec une quantité d’alcool. Pour celles et ceux qui ne souhaitent pas ingérer d’alcool, la marque Biogemm propose la gamme Aquagemm : gemmothérapie sans alcool. 

Minéraux et oligoéléments


Zinc : oligo élément essentiel au fonctionnement de l’hippocampe, du système immunitaire, du pancréas, des surrénales, de l’hypophyse, le zinc assure une fonction cognitive normale.

Magnésium : minéral qui intervient dans plus de 300 réactions biochimiques au sein de notre organisme. Préférez un bisglycinate de magnésium ou un citrate de magnésium pour une teneur, une biodisponibilité et une assimilation optimales !

Fer : préférez un bisglycinate de fer qui ne vous constipera pas ! Bien sûr, optez pour des aliments contenant du fer, particulièrement dans les légumes ou les algues.

Cuivre / Or / Argent : trio phare de l’oligothérapie qui a pour keynote « A la suite de… ». A la suite d’une opération, d’une maladie, d’un deuil, d’une séparation, d’une antibiothérapie… Une cure de 2 mois est à envisager pour remettre les systèmes d’aplomb. 

Il est important de noter que la prise solitaire d’un minéral ou d’un oligo élément n’est pas conseillé. Préférez un totum, une synergie pour ne pas déséquilibrer les systèmes de votre organisme. Vous pouvez vous orienter vers des totums de légumes et plantes comme le « Pianto » ou l ‘eau de Quinton – plasma marin imitant la composition du sang – reconnue depuis des décennies. 

Pour tout oublier 

Stress : le stress chronique affecte l’hippocampe donc la mémorisation et la concentration. 

Café : stimulant dans les premiers temps, le café est pourtant un très mauvais pari. A moyen et long terme, il épuisera vos surrénales en provoquant un stress chronique. Il vous placera en état de fuite ou de combat permanent, laissant votre fatigue de côté, celle qui vous permet de savoir où vous en êtes physiologiquement et nerveusement. Je déconseille vivement la consommation quotidienne de café. Même pour des personnes accrochées à leur litre quotidien de café, arrêter n’est pas si compliqué ! En naturopathie, nous savons que le café agit sur l’orthosympathique qui, accélère le cœur, dilate les bronches, contracte les artères, produit adrénaline et noradrénaline comme si vous étiez en danger, face à un ours de 2m. Enfin, sachez que la caféine prend la place d’une molécule ressemblante : l’adénosine qui exerce un effet calmant sur vous. Résultat : stressé(e), vous prenez un café pour vous octroyer un moment calme, qui va vous re-stresser bien plus qu’au début… Cercle infernal tu nous tiens !

Déshydratation : la relation clinique entre perte de la mémoire et déshydratation est largement établie. Il est nécessaire de boire suffisamment tout au long de la journée.

Manque de sommeil : bien dormir est nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme dans sa  globalité. Il est évident que nuits blanches ne riment pas avec super fonctions cognitives !

Carences vitaminiques : les vitamines du groupe B, plus particulièrement B1-B6-B9-B12 sont nécessaires au bon fonctionnement de la mémorisation.

Carence en fer : celles et ceux carencés en fer connaissent très bien l’impact de cette carence en fer au quotidien… Pour preuve, il constitue le noyau de l’hémoglobine du sang qui transporte l’oxygène vers  le cerveau. Tout est dit… un cerveau mal oxygéné est un cerveau qui ne peut pas tourner vite et bien ! 

Carence en oméga 3 : de l’huile pour les rouages… Cela va de soi ! Le cerveau est en majeure partie constitué de gras. La gaine de myéline, membrane autour des fibres nerveuses, comprend 70% de lipides. Une alimentation faible en oméga 3 affaiblit les structures et modifie la chimie du cerveau et une alimentation en gras saturés et trans – source animale et industrielle – réduit les performances intellectuelles et amène à terme une dégénérescence des neurones. 

Remèdes de grand-mère

– Bouillotte sur le foie (sous la poitrine à droite) avant de vous coucher 

Ne pas s’endormir après 23h. Il est important de respecter ses rythmes circadiens et dormir au moins 7h. 

– Revoir complètement votre alimentation.

Détoxiquer l’organisme avec le savoir et l’aide d’un professionnel formé et diplômé. Ne pas faire de cure détox sans un suivi professionnel pour éviter des crises curatives qui peuvent être douloureuses. 

Ces conseils ne se substituent pas à la consultation et le suivi d’un médecin allopathe. 

Le Heilpraktiker n’est pas connu par tous, en effet, cette pratique a été créé en Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale, car durant cette guerre, tous les soldats étaient mobilisés au front, il n’y avait donc plus de médecins dans les villes afin de soigner la population, c’est pourquoi ces derniers ont décidé de se tourner vers des pratiques alternatives comme la médecine naturelle. Le gouvernement allemand a donc mis en place une formation qui permettait d’acquérir les bases de la médecine, ce métier existe encore aujourd’hui et est reconnu dans le pays du pain ( car oui, le pain allemand est classé au Patrimoine immatériel de l’Unesco)


Tiphaine Fontaine – Naturopathe / Heilprakter à Toulon www.tiphainefontaine.com T : 06.98.93.03.87 Instagram : @tiphaine.naturopathe

🔴 EN DIRECT

Participez à ma MasterClass Offerte ce DIMANCHE à 18h

Et rejoignez la communauté Connaissance Illimitée